Comment choisir son sac de couchage pour partir en randonnée ?

par Gwendoline
Publié: Mis à jour le

Le sac de couchage quand on part en randonnée sur plusieurs jours, c’est un peu notre petit cocon. Bien dormir est primordial et ça l’est encore plus quand on part à l’aventure pendant plusieurs jours. Je fais partie de ces personnes qui ont besoin de 9 heures de sommeil… Alors quand il a fallu choisir notre sac de couchage pour partir marcher en Amérique du Sud, nous avons pris toutes les précautions nécessaires et le cahier des charges du “duvet” parfait était (très) bien fourni !

Vous trouverez déjà 1000 et une ressource utiles sur Internet pour tout savoir sur les sacs de couchage. Cet article n’a donc pas vocation à rentrer dans les détails techniques, d’autres savent mieux le faire que moi.

Voyez plutôt cet article comme une discussion entre ami.e.s. Je vous donnerai mes conseils et astuces basés sur ma propre expérience pour choisir le sac de couchage qui conviendra le mieux à votre pratique.

Quelle matière de sac de couchage choisir : duvet ou synthétique ?

Alors là on rentre directement dans le vif du sujet. Quel garnissage choisir pour son sac de couchage ? C’est une vaste question car il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Le choix va surtout dépendre de votre pratique et budget ! Je vais donc essayer de faire court et simple :

Il existe deux types de garnissages :

Le duvet et les plumes comme garnissage dans un sac de couchage

Les plumes de quoi d’abord ? Les sacs de couchage en duvet sont en duvet d’oie ou de canard. Le duvet d’oie est généralement de meilleure qualité que le duvet de canard (en gros car son temps d’élevage est plus long). Le duvet d’oie a des propriétés gonflantes plus intenses que le duvet de canard. En d’autre terme, à grammage équivalent, un sac de couchage en duvet d’oie sera plus chaud, léger et compressible.

Quels sont les avantages de la plume dans un sac de couchage quand on part en randonnée ?

Le duvet a un excellent rapport poids / chaleur / isolation 

Le duvet emprisonne plus d’air que les matières synthétiques et agit donc comme un meilleur isolant. Si vous avez commencé vos recherches de sac de couchage, vous avez probablement entendu parlé des CUIN et vu figuré sur les modèles des chiffres : 550, 600, … 800. 

Pour faire simple :

Le CUIN est unité de volume “cubic inches per ounce” qui correspond au pouvoir gonflant du duvet. Ce pouvoir gonflant (“fill power” en anglais”) représente la capacité d’isolation thermique d’un duvet par l’emprisonnement d’un certain volume d’air.

En gros, plus le chiffre est élevé, plus le duvet sera de qualité car il sera capable d’emprisonner plus d’air et donc sera plus isolant plus compressible ! (car oui l’air est le meilleur des isolants)

 
L’encombrement du sac de couchage en randonnée

Avoir un sac de couchage qui ne prend pas de place dans son sac à dos c’est quand même bien pratique quand on part en randonnée ou en trek pendant plusieurs jours ou semaines !

Comme expliqué précédemment, plus un sac de couchage en duvet aura un CUIN élevé, plus il sera capable d’emmagasiner de l’air. Quand viendra le moment de ranger son sac de couchage, cela signifie alors qu’il sera très compressible (car il y a aura beaucoup d’air à chasser).

 

Quels sont les inconvénients d’un sac de couchage en duvet ?

Il existe trois inconvénients majeures quant à l’achat d’un sac de couchage en duvet :

  • Le prix : à l’achat un sac de couchage en duvet est plus élevé
  • Le duvet craint l’humidité : c’est LE principal inconvénient. Si vous partez en milieu humide, un sac de couchage en duvet risque de perdre de son efficacité (son gonflant sera moindre dès que les plumes et duvet seront humides) et il mettra plus de temps à sécher.
  • L’entretien est plus compliqué : le lavage et séchage se révèle beaucoup plus fastidieux qu’avec un garnissage synthétique



Le sac de couchage en synthétique

Il existe différents types de garnissage synthétique et il faut avouer que certaines fibres modernes sont presque aussi compressibles et légères que le duvet. L’avantage principal du garnissage synthétique est sa résistance à l’humidité. 

C’est la matière idéale si vous comptez vous aventurez dans des contrées humides.

Un sac de couchage en synthétique séchera plus vite qu’un sac de couchage en duvet. De plus, il gardera sa chaleur même par temps humide (pluie et vent). 

L’autre avantage non négligeable est le prix. Les sacs de couchage en synthétique sont moins chers que ceux en duvet.

tableau des avantages et inconvénients du duvet et synthétique dans les sacs de couchage

Comment transporter son sac de couchage pendant les randonnées ou trek ?

Quand on achète son sac de couchage, il est généralement fourni avec une petite housse de transport compact. Nous avons préféré acheter un sac compressible étanche (type ultra light sea 2 summit) pour le ranger dans notre sac à dos et ainsi éviter tout problème d’infiltration d’eau en cas de pluie / traversée de rivière. 

Comment entretenir son sac de couchage ?

Conseils et astuces pour prendre soin de son sac de couchage en randonnée / trek 

Quand on part en randonnée sur plusieurs jours, il est important de prendre soin de son sac de couchage, surtout s’il est en duvet. 

Voici nos astuces et conseils :

  • Nous dormons avec un pyjama long et dans nos draps de soie : on a beau se rincer dans les rivières, nous ne sommes pas non plus super clean quand on va se coucher dans nos sacs de couchage. Dormir dans un drap de soie en pyjama permet donc d’éviter le contact de notre peau avec le tissu du sac de couchage. 
  • Quand nous prenons des pauses le midi par exemple et qu’il fait beau, nous aérons nos sacs de couchage (en duvet) pour qu’ils puissent sécher correctement (attention à ne pas le poser n’importe où). Dans tous les cas, nous essayons de partir tôt le matin pour arriver tôt le soir et avoir le temps de les aérer au maximum. Peu importe la météo, il y aura toujours de la condensation dans la tente et les sacs de couchage finissent par être humides (au moins au niveau des pieds)

En Patagonie, sur la Ruta de Los Pioneros, un itinéraire assez exigeant de 200 kilomètres, nous avons eu une météo assez pourrie. Nous n’avons pas réussi à faire sécher nos sacs de couchage pendant une semaine. La dernière nuit, les températures ont été négatives et la nuit n’a pas été très réparatrice, mais nous avons survécu !

  • Dès que nous nous arrêtons pour le bivouac, on prépare notre lit et on sort les sacs de couchage qui auront le temps de bien se gonfler avant l’heure du coucher.
sechage duvet
Sur le Te Araroa, bivouac en face du Lac Tekapo

Prendre soin de son sac de couchage chez soi

  1. Pour le nettoyage, il est recommandé de suivre les indications de nettoyage fournies par le fabricant.
  2. Evitez de compresser votre sac de couchage quand vous le stockez chez vous

 

Bon à savoir : ce n’est pas grave si des plumes sortent du sac de couchage, c’est même normal et cela ne veut dire que votre sac de couchage est de mauvaise qualité. Le plus important est de ne pas tirer sur la fibre et plutôt essayer de la remettre à l’intérieur. Ces petites plumes qui se font la malle n’altère pas les qualités du duvet.

Les points importants à regarder avant d’acheter son sac de couchage pour partir en randonnée ou en trek 

Maintenant que vous savez l’essentiel sur les différences entre le garnissage en duvet ou synthétique, voyons maintenant les 8 points clés à regarder avant de se décider :

  • Le poids : plus vous allez randonner léger, plus vous apprécierez votre aventure. Pour une utilisation hors “grand froid”, je souhaite que mon sac de couchage ne fasse pas plus de 1 kilo.
  • La température CONFORT (résistance au froid) : ne vous faites pas avoir, il n’y a qu’une seule température à regarder quand vous choisissez votre sac de couchage, c’est la température confort. La température limite est celle qui correspond au moment où vous commencez à avoir froid. Et la température extrême c’est la température limite à laquelle vous commencez à sombrer en hypothermie.
  • L’encombrement : l’idéal est de partir avec un sac à dos léger ET peu encombrant. Si votre sac de couchage prend déjà la moitié de la place dans votre sac à dos, ça risque de devenir un peu compliqué pour ranger la nourriture et le reste de votre matos. D’ailleurs, voici la liste de notre matériel de randonnée !
  • Qualité du duvet (si plumes) : pour les personnes soucieuses du bien être animal, le duvet peut poser problème car il est parfois retiré à vif. Il existe la certification “responsible down standard” qui garantit que le duvet a été produit en limant les traitements cruels.
  • Les tissus utilisés dans la fabrication du sac de couchage : certains modèles de sac de couchage sont fabriqués avec des tissus renforcés / déperlants. Selon votre utilisation, ce sont des critères à prendre en compte.
  • Ne pas négliger l’importance du matelas : rien ne sert d’investir dans le meilleur sac de couchage du marché si vous négligez votre matelas. Il est important que vous preniez un matelas adapté à vos randonnées. Il doit vous isoler du froid venant du sol. L’indice R-value est le meilleur moyen de comparer l’isolation des matelas (plus il est élevé, plus votre matelas sera isolant)
  • Comme pour les vêtements, pensez à “la technique de l’oignon” : l’idéal tout d’abord est de choisir un sac de couchage adapté à sa taille. Moins il n’y a pas d’espace vide à réchauffer dans votre sac de couchage, mieux sait. Ensuite pour votre tenue de nuit, pensez à un ensemble en matière mérino par exemple. Allez-vous prendre un drap de sac ? Il existe différents types de draps de sac. Certains modèles vous feront gagner quelques degrés mais seront plus lourds. 
  • Et puis terminons par le plus important qui est de se demander dans quelles conditions on utilisera son sac de couchage : 

Des marques de sacs de couchage qui nous font de l’oeil

Faire une liste des meilleurs sacs de couchage n’aurait que peu d’intérêt ici car le choix du modèle dépendra avant tout de votre utilisation. 

Voici plutôt une petite liste de nos marques préférées

  1. Cumulus : c’est la marque de nos sacs de couchage, donc forcément c’est bien celle ci que nous allons placer en première. C’est probablement l’une des meilleures marques pour les sacs de couchage en duvet. Rapport qualité / prix au top. Le petit + : vous pouvez commander des sacs de couchage sur mesure !
  2. Valandré : nous avons longuement hésité avec la marque Valandré qui semble avoir des produits de haute qualité. C’est un super choix pour des duvets fabriqués en France !
  3. Nemo : j’ai découvert cette marque en achetant mon matelas gonflable. En plus de faire des tentes et matelas, Nemo Equipment possède une belle gamme de sacs de couchage en duvet et synthétique. Les prix sont corrects et la qualité semble être au rendez vous. Si je vous parle de cette marque c’est surtout pour vous parler du modèle Azura 20 qui me fait de l’œil ! C’est un modèle synthétique qui pèse à peine 1 kg avec un encombrement minimum et une température confort de … -7 ! Bref, sur le papier il semble parfait pour des randonnées en terrain humide. J’ai hâte de le tester. 
  4. Decathlon : vous trouverez là bas une belle gamme de produits à prix abordable. 

Privilégier la location de votre matériel de randonnée si vous ne partez que quelques jours par an.

 
sac de couchage cumulus

Mon avis sur le sac de couchage Panyam 600 Cumulus après deux ans d’utilisation ?

Honnêtement, Cumulus devrait m’offrir un sac de couchage car depuis deux ans, je n’ai cessé de recommander cette marque à mon entourage. 

On ne va pas se mentir, acheter ce sac de couchage x 2 a été un réel investissement. Quand j’ai commencé la randonnée, je suis partie avec un sac de couchage Decathlon acheté sur Vinted. J’ai survécu. 

Et puis au Népal, dans les rues de Thamel à Kathamdnu, j’ai acheté un sac de couchage en duvet … Un “North Fake”. Alors bon, je ne tenterai pas de dormir par -10 avec (même si le gentil vendeur m’a assuré que c’était possible), mais j’ai toujours ce sac de couchage et il m’a accompagné sur plusieurs treks au Népal et sur le GR10 en France. J’ai survécu, même si j’ai parfois eu un peu froid (à partir de 0 degré). 

Alors pourquoi avoir investi plus de 200 euros pour un sac de couchage chez Cumulus ?

Quand j’ai compris que la marche était une vraie passion et que j’allais dormir un nombre de nuit incalculable sous la tente, je me suis dit qu’il était temps d’investir dans du matériel de qualité et surtout fiable.

Nous avons passé des heures à comparer les différentes marques et modèles sur internet quand nous avons décidé de partir marcher dans la Cordillère des Andes. On ne savait pas vraiment à quoi s’attendre niveau météo et température, alors nous avons opté pour des températures confort de – 6 degrés.

Ce modèle, le Panyam 600 nous a plu pour plusieurs raisons :

  • Son poids : à peine 1 kilo
  • Sa température confort : – 6 degrés
  • L’ouverture sur toute la longueur : ça permet une réelle polyvalence selon la température extérieure. On dort souvent avec le sac de couchage à moitié ouvert.
  • Le fait qu’il soit jumelable : finalement on ne les jumelle jamais (donc ce n’est pas vraiment important selon moi)
  • Sa qualité de fabrication et son pouvoir gonflant : 850 cuin et ratio duvet / plumes 96/4. Top
  • Taille ajustable : mon sac de couchage est plus court que celui de Thomas (il a donc plus de garnissage et est sensiblement plus chaud)

Sur le papier, c’est donc une petite merveille.

Et dans les faits ça l’est tout autant ! Il est confortable (un vrai lit douillet), chaud et prend peu de place dans notre sac à dos. L’inconvénient, commun à tous les sacs de couchage en duvet, concerne l’humidité. J’ai eu froid une seule fois. En Patagonie, après 5 journées humides, la 6ème nuit, mon sac de couchage était beaucoup moins gonflé et isolé.

Et si c’était à refaire ?

Cumulus devient de plus en plus populaire en France et il est désormais possible de créer son sac de couchage sur mesure. Une de nos amies l’a fait et franchement, son sac de couchage me fait envie. Il est possible de mettre un traitement hydrophobe sur les plumes et d’utiliser différents tissus (plus déperlant, robuste etc).

 
 

Quel sac de couchage utiliser selon les conditions rencontrées ?

utilisation duvet ou synthétique

Retour d’expérience terrain

Au Népal, je suis partie en trek à plusieurs reprises et je dormais dans des petits refuges. Généralement ces refuges sont équipés de couettes épaisses. Je n’ai jamais eu froid. J’utilisais également un sac de couchage en duvet acheté à Kathmandu. C’est une contrefaçon alors je n’ai aucune idée de sa température confort. 

Pour mon séjour en Islande, je compte amener un sac de couchage synthétique qui sera plus résistant si j’enchaîne les journées de mauvais temps. 

Dormir en hut en Nouvelle Zélande est souvent synonyme de nuit réparatrice (sauf si votre voisin dortoir ronfle). Vous êtes à l’abri des éléments et un sac de couchage en synthétique est suffisant (bon si vous partez en hiver, soyez prévoyant quand même, les hut ne sont pas chauffées !)

Pour un trek en Nouvelle Zélande ou en Patagonie par exemple, je suis moi même partie avec un sac de couchage en duvet. Cependant ces régions peuvent avoir tendance à être humide quelque soit la saison. Partir avec un duvet synthétique de bonne qualité ne me paraît pas si impensable que cela !

D’ailleurs si vous avez de bons modèles à recommander, je suis preneuse !

Ressources pour aller plus loin :

Si vous avez d’en savoir encore plus sur l’univers des sacs de couchage, je vous invite à aller regarder les excellentes vidéos de Monsieur Matos sur Youtube !

J’espère que cet article vous a plu et que vous y voyez désormais un peu plus clair. N’hésitez pas à me partager vos marques et modèles favoris en commentaire ! Comme je l’explique dans cet article, il n’y a pas de modèle parfait, tout dépendra de votre pratique. 

Je suis personnellement très satisfaite de mon sac de couchage qui est polyvalent et qui s’adapte à mes différentes pratiques (été comme hiver).

L’idéal dans un autre monde serait d’avoir un sac de couchage pour chaque type de sortie. Mais soyons honnête, si l’on souhaite profiter de notre belle planète pour encore quelques décennies mieux vaut essayer de consommer malin. Un achat bien réfléchi pourra être utile dans bien des situations !

 

2 commentaires

Mathilde 22/08/2021 - 02:32

Merci pour ton article ! Mes quelques nuits en hut en Nouvelle Zélande, j’ai utilisé un duvet synthétique 8°degrés déniché dans mon van quand je l’ai acheté… Pas assez chaud et trop encombrant… Bref je vais investir mais je n’y voyais jusque là pas très clair. Ce n’est pas encore ça, mais maintenant grâce à toi je comprends mieux les chiffres etc, merci !

Répondre
Gwendoline 22/08/2021 - 04:35

Super si ça a pu t’éclairer un peu 🙂
Il y a beaucoup de choix c’est vrai que c’est pas évident !

Répondre

C'est le moment de laisser un petit commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ÇA VA VOUS PLAIRE !