Organiser un trek au Népal : toutes les informations utiles

Partir en trek au Népal et découvrir ce pays pendant près de 5 mois a été l’une des plus belles expériences de ma vie d’apprentie aventurière. 

 

C’est en partant voyager au Népal que j’ai marché dans la neige pour la première fois. C’est là bas que j’ai mangé les meilleurs samosas. Et c’est aussi là bas que ma passion pour la montagne est née.

 

Il me tardait donc d’écrire sur mon blog un article dédié à ce merveilleux pays. Je vais donc vous parler du trekking au Népal. J’ai eu la chance de partir en treks à plusieurs reprises pendant mon séjour seule et accompagnée. 

 

Je vais vous partager tout ce que je sais pour organiser au mieux ce voyage d’une vie au Népal ! Cet article est mis à jour avec toutes les informations liées au Covid (vous retrouverez ces informations à la fin de l’article).

 

Je remercie tout particulièrement Raj pour son aide précieuse dans l’écriture de cet article. Je vous parlerai également de son parcours dans cet article.

 

Bonne lecture

Table des matières

Le Népal-pratique

Partir en trek au Népal, c’est pour qui ?

Je l’ai déjà souvent dit sur mon blog : la randonnée est une activité faite pour tous ! Et partir faire un trek au Népal ne déroge pas à la règle.

 

Avant d’organiser mon voyage dans le pays du toit du Monde, je pensais que ce genre d’aventure était complètement inaccessible : trop cher, trop dur et encore plus pour une femme seule.

 

Alors j’arrête le suspense de suite, que vous soyez une personne sportive ou débutante dans le monde de la randonnée, il y a un trek idéal pour vous au Népal. 

 

Le Népal ce n’est pas seulement grimper en haut de l’Everest (en vrai, ça, c’est tout de même réservé à des personnes qui ont du fric et/ou qui sont très expérimentées), il y a une multitude de régions et treks à découvrir à des altitudes différentes pour tout les niveaux ou presque. Enfin n’oubliez pas que se trouver à 5 000 m d’altitude au Népal c’est un peu comme être à 2 000 m d’altitude dans les Alpes en été, il n’y a pas de neige.

 

Partir en trek au Népal c’est fait pour toi si :

 

  • L’effort (le dénivelé) ne te fait pas peur
  • Si tu peux survivre plusieurs jours sans prendre ta douche et avec un confort basique
  • Si les grands espaces et la montagne te font vibrer
  • Si tu as envie de découvrir une culture différente de la tienne

 

Pour tout vous dire, je suis partie au Népal alors que n’avais jamais été à la montagne de ma vie et je n’étais pas une grande sportive à l’époque (du genre un petit jogging de 10 km toutes les deux semaines). 

 

Je pense tout de même que j’étais plutôt en bonne forme physique et avec certaines facilités. Toutefois ce qui a surtout joué en ma faveur c’est ma motivation et ma détermination à aller au bout de ces différents treks (et aussi de parfois surmonter mes peurs dans les moments un peu plus vertigineux).

Partir en trek au Népal seul(e) ou avec un guide ?

Les avantages et inconvénients de prendre un guide au Népal / seul(e)

Quand je suis partie seule au Népal mon objectif était de partir en trek sans guide. Pour plusieurs raisons : j’aime mon indépendance et parce que je voyageais sur le long terme avec un petit budget.

 

Donc la première chose que je tiens à vous dire est qu’il est possible de partir en trek au Népal sans guide et cela même quand on est une femme seule. 

 

Cependant, partir en trek avec un guide peut aussi être une super expérience et une bonne idée si vous n’êtes pas rassuré.e à l’idée de partir seul.e. 

 

Selon moi voici les avantages et inconvénients de partir sans guide ou avec un guide :

 

Combien coûtent les services d’un guide ?

 

Si vous souhaitez partir avec un guide sachez que les tarifs varient en fonction de l’expérience, de la taille du groupe et de la région visitée. Le tarif est à partir de 20$/jour de trek.

 

Je vous recommande les yeux fermés Raj qui sera ravi de vous accompagner et de vous sensibiliser à la cause environnementale au Népal.

 

Vous pouvez aussi partir avec un porteur. Ce n’est personnellement pas quelque chose qui me convient et que je souhaite dans mes treks, mais c’est possible et c’est aussi une grosse source de revenus pour les locaux dans les montagnes. Comptez 15/20$ par jour. Si vous partez en compagnie d’un porteur, prenez seulement les choses que vous auriez pu porter vous même (bref ne le chargez pas comme un mulet quoi).

Les régions / treks obligatoires avec un guide

Partir avec un guide n’est pas obligatoire pour les régions de l’Everest, du Langtang et de l’Annapurna (les régions les plus populaires de trekking). Par contre, si vous souhaitez vous aventurer dans les régions de l’Upper Mustang ou du Dolpo par exemple, alors vous aurez besoin de partir avec un guide (il faut également un permis de trek différent et plus coûteux).

Je rêve de retourner au Népal pour partir trekker dans ces régions, en attendant je ne préfère pas m’avancer sur les spécificités de ces régions.


Partir en trek au Népal avec un guide, mes recommandations

Il est important que votre guide ait une licence. Cela vous permet d’être sûr de ne pas partir avec n’importe qui. Les arnaques sont courantes.

Focus sur l’ONG Let’s Clean Up Népal pour lier voyage & environnement 

Si partir avec un guide ne vous tente pas mais que vous souhaitez en apprendre plus sur la culture népalaise et contribuer à une belle cause, ce qui va suivre va probablement vous intéresser.


Pourquoi ne pas partir pour un green trip ? Allier découverte et bonne action. C’est ce que propose l’association de Raj, Let’s Clean up Népal


L’ONG « Let’s Clean Up Nepal » (LCUN) œuvre pour sensibiliser à un environnement plus propre


Le Népal est confronté à divers problèmes dans les secteurs de l’éducation, de la santé et de l’environnement. Raj Kumar Shrestha est l’un des fondateurs de cette ONG créée en 2017.


LCUN organise des campagnes de sensibilisation dans les zones montagneuses, des “green trip”. L’ONG est porteuse du message “leave no trace” et tente de sensibiliser les locaux et touristes à produire le moins de déchets plastiques possible. Les Green Trip sont aussi l’occasion d’être “des voyages de nettoyage” de la montagne. 


Pour en savoir plus, ça se passe sur Instagram ou sur leur site internet (un peu old school mais où l’on retrouve toutes leurs initiatives).

let's clean up nepal - voyage durable

Quelle est la meilleure période pour partir en trek au Népal ?

Les mois idéales pour découvrir le Népal

Les meilleures périodes pour découvrir le Népal et partir en trek sont les mois de mars / avril pour la période printanière. C’est magnifique et à cette période les forêts de rhododendrons sont en fleurs.

 

La période estivale n’est pas très recommandée car c’est le moment des moussons. Il risque de pleuvoir beaucoup et de nombreuses routes et sentiers de treks sont susceptibles d’être sujets aux glissements de terrain.

 

La période d’ octobre à décembre est aussi idéale pour partir en trek. Les températures sont encore clémentes.

 

La période hivernale n’est pas l’idéal car il y a beaucoup de neige et les températures sont bien plus basses (janvier / février).

 

Mon retour d’expérience sur la saisonnalité au Népal

J’ai eu la chance de partir pour la première fois au Népal au printemps, pendant tout le mois de mars. Les températures étaient très correctes que ce soit dans la vallée de Kathmandu ou à l’Annapurna Base Camp. Par contre, il y avait toujours beaucoup de neige au Base Camp. La montée n’a pas été un souci car il y avait beaucoup de passage, donc la trace est bien faite. J’avais loué des micro crampons au lodge de Machhapuchhare Base Camp.

 

Mon second séjour s’étalait d’ octobre à janvier. Je suis partie en trek au mois d’octobre sur le Tour des Annapurna. La météo était idéale,  pas de neige, par contre il y avait pas mal de monde. 

 

Ensuite nous avons fait le trek des 3 passes (cols) dans la région de l’Everest en novembre. Les températures étaient toujours clémentes. Il y avait peu de touristes à cette période. 

 

C’est vraiment le moment idéal selon moi.

 

Enfin nous sommes retournés avec Thomas sur les traces de mes premiers pas d’apprentie aventurière, sur le trek de l’Annapurna Base Camp. Nous sommes partis en janvier et les températures étaient déjà plus froides. Les nuits en lodge étaient bien gelées et nous étions contents d’avoir nos sacs de couchage en plus des couvertures fournies (je vous parle du matos dans la suite de l’article, patience).

Quel budget prévoir pour partir en trek et voyager au Népal ?

Un voyage ou un trek au Népal est accessible à toutes les bourses et il est en effet possible de voyager pas cher si vous êtes prêts à renier un peu votre confort. Pour vous donner un ordre d’idée, je vais vous donner le budget que j’ai / nous avons dépensé pendant deux treks au Népal en 2015.

 

14 jours de trek “le tour des Annapurnas” en solo : 250 euros tout compris (avec le transports depuis Kathmandu et le retour jusqu’à Pokhara)

 

23 jours de trek “3 passes trek” en duo avec Thomas : 900 euros tout compris à deux (transport depuis Kathmandu).

 

Qu’est ce que j’entends par “tout compris”

 

  • Les transports en bus public depuis Katmandou ou Pokhara (les deux grandes villes népalaise)
  • La nourriture pendant le trek : j’ai bon appétit alors je ne me suis pas privée du tout. Je mangeais un bon petit déjeuner, généralement une barre de céréale à midi, un goûter à mon arrivée au lodge puis un bon dîner le soir
  • Les logements étaient généralement gratuits ou coûtaient que quelques dollars la nuit. En 2015, je pouvais loger dans un lodge gratuitement en contrepartie de prendre mes repas là-bas (le soir et le matin). Toutefois avec la situation actuelle, il me semblerait logique que cela ne se fasse plus car les locaux devront combler les pertes qu’ils subissent depuis plusieurs mois.
  • Je n’ai pas acheté d’eau sur le trek, je remplissais ma gourde avec l’eau du robinet (que je purifiais … de temps en temps)

Le budget à prévoir en ville au Népal

 

En ville à Katmandou ou Pokhara par exemple, il est possible de se loger dans des petites guesthouses pour quelques euros la nuit. Le confort est basique mais vous avez un lit, une douche chaude et le wifi. Les coupures de courant sont fréquentes dans la capitale. 

 

Si vous mangez comme les locaux (ce que je vous conseille vivement), votre budget nourriture ne dépassera guère les 5 euros par jour (vive le dal bhat et les chai). Le dal bhat est un plat typique à base de riz, lentille et légume, un délice qui est souvent servi … en illimité !

 

Notez que la nourriture est plus chère en trek tout simplement pour la bonne raison que les petits lodges ne sont pas reliés par des routes et la nourriture est transportée par les porteurs, les ânes et les yaks.

Organiser son trek au Népal par soi même

Je vous parle ici de la région de l’Everest de l’Annapurna car ce sont les deux régions dans lesquelles je suis partie en trek.

 

Les formalités pour partir en randonnée sur plusieurs jours au Népal

Pour partir en trek au Népal vous n’avez pas besoin de passer par une agence de voyage mais il y a tout de même quelques formalités à faire.

 

  • A Katmandou vous pouvez obtenir les permis dans la journée (vous devez aller au Nepal Tourism Board Section à Bhrikuti Mandap non loin de Thamel)
  • Vous avez besoin de deux photographies (taille passeport) et d’une photocopie de votre passeport
  • Si vous allez dans la région de l’Annapurna vous aurez besoin de 2 permis : le ACAP (Annapurna Conservation Area Project, 3000 NRP) et le Tims (Trekker’s Information Management System 2000 NRP) = une trentaine d’euros au total
  • Si vous allez dans la région de l’Everest, vous aurez besoin du Tims et d’un droit d’entrée dans le Sagarmatha National Park (2000 NRP payable au checkpoint à Monjo). Il y aurait aussi a priori une autre taxe de 2000 NRP “illégale” dans la région du Khumbu mais rien de sûr.

Si vous n’aimez pas les démarches administratives, vous pouvez passer par une agence de voyage sur place qui se fera un plaisir de faire tout ça pour vous moyennant finance !

 

Toutefois les démarches à faire pour organiser un trek au Népal sont très simples et cela vous fait faire de bonnes économies !

 

Que faire contre le mal des montagnes quand on part en trek au Népal ?

Partir en trek au Népal peut être assez déroutant au début même si vous êtes un habitué de la marche en montagne. Kathmandu est à une altitude de 1 400 m et sur les treks les plus connus, vous vous retrouverez vite à plus de 3 000 / 4 000 m d’altitude.

Je n’ai pris aucun médicament contre le mal des montagnes, j’ai seulement suivi ces quelques règles :

 

  • Prendre son temps : monter par “palier” et faire des nuits d’acclimatation à partir de 3 000 m puis 3 500 m etc …
  • Bien s’hydrater pendant tout le trek

Le matériel à prévoir

Trekker au Népal ne requiert pas beaucoup de matériels spécifiques. En effet, vous pourrez dormir dans des petits lodges de montagne sur votre chemin. 

 

Pour les vêtements, il vous faudra le combo habituel de randonnée en montagne : t shirt en merino, polaire, doudoune, coupe vent pour le haut et un pantalon ou legging pour le bas.

 

En gros pour partir en trek au Népal vous avez simplement besoin de vos vêtements et dans l’idéal d’un sac de couchage (même si les couvertures sont généralement fournies). Mon sac de couchage était confort 0 degré et je n’ai jamais eu froid.

 

Vous n’aurez pas besoin de toute la partie cuisine car vous pourrez manger dans les lodges (où la nourriture est délicieuse).

Quelques idées de treks que je vous recommande au Népal

Je rêve de retourner au Népal pour partir dans les vallées plus reculées et explorer les régions peu touristiques.

A l’heure actuelle, voici quelques idées de trek accessibles et bien balisés que j’ai eu la chance de parcourir il y a quelques années.

 

Moins d’une semaine : le trek de Poon Hill

C’est le trek idéal pour une introduction à la montagne au Népal. Le point de vue de Poon Hill est relativement facile d’accès et vous pourrez profiter d’une vue panoramique sur les plus hauts sommets de la région de l’Annapurna.

 

1 semaine / 10 jours : Annapurna Base Camp

Pour une expérience plus longue et immersive, je vous recommande vivement de continuer le trek de Poon Hill en direction du camp de base de l’Annapurna. Les paysages sont incroyables à cette altitude.

 

Plus de 2 semaines : le tour des Annapurna et le trek des 3 passes

Si vous avez le temps et que vous êtes un brin sportif alors le tour des Annapurna est fait pour vous (en passant par le lac Tilicho pour la cerise sur le gâteau). Sur ce trek vous passerez par le mythique Thorong La Pass situé à 5 416 m.

 

Le Trek des 3 pass situé dans la région de l’Everest est mon coup de cœur. Pendant 3 semaines vous serez en total déconnexion au milieu des plus hauts sommets du monde. Ce trek est un peu plus engagé que les autres mais avec une condition physique correcte, vous devriez vous en sortir. 

 

Je prendrai le temps de parler de ces différents treks dans de futurs articles. D’ici là, si vous avez des questions spécifiques, n’hésitez pas à les poser en commentaire de cet article.

 

Si vous souhaitez partir pour des expéditions plus engagées au Népal, je vous invite à consulter le site de Paulo Grobel, un guide de montagne français chevronné et expert de l’Himalaya. 

La situation COVID au Népal

Quand je suis partie au Népal, les frontières étaient ouvertes et tout était facile. Pour le moment, avec la situation mondiale COVID, les choses se compliquent.

 

Toutefois, bonne nouvelle. A l’heure actuelle (mi octobre 2021), le Népal à rouvert ses frontières aux touristes.

 

Si vous êtes totalement vacciné.e vous pouvez demander un visa à l’arrivée et ne pas faire de quarantaine.

Si vous n’êtes pas vacciné.e il vous faudra faire une demande de visa AVANT d’arriver au Népal et faire une quarantaine de 10 jours à l’arrivée (dans un hôtel, à vos frais).

 

Les documents essentiels pour voyager au Népal au temps du COVID

  • Certificat de vaccination
  • Confirmation d’hôtel
  • Permis de trek si besoin (mais vous pouvez le faire vous même sur place)
  • PCR test négatif de 72 heures
  • CCMC rempli (formulaire en ligne) 
  • Si vous n’êtes pas complètement vacciné.e : une lettre de recommandation de votre agence de voyage népalaise

Conclusion : partir et organiser un trek seul(e) au Népal

J’espère que cet article de près de 3 000 mots (j’me suis laissée aller, je crois) vous aura bien aidé pour organiser votre prochain voyage au Népal.

 

A travers ces quelques lignes, j’ai donc tenté de vous montrer qu’il est tout à fait envisageable de partir seul au Népal et de s’organiser soi-même un séjour inoubliable à moindre prix.

 

N’hésitez pas à partager cet article s’il vous semble pertinent ou à me laisser un petit commentaire avec des questions ou autres.

 

A très vite

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

C'est le moment de laisser un petit commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.